LaDanseuse

8H45 du mat’, à travers le smog, l'éther se réveille les yeux brouillés, tandis que l'effervescence s’agite déjà, dans le café noir nicotiné.

Les pigeons ont avalé leur petit dej’ sur le pavé ; la panse lourde, ils digèrent leur sédentarité.

Le bourdonnement de la ruche “raisonne” ; chacun dans son rôle, chacun dans son costume s’apprête à rejouer la performance de la veille.

Sur la grand-place, une heure fait toujours soixante minutes, le tocsin du beffroi le rappelle à l’oreille attentive toutes les trois mille six cent secondes, à travers l’air vif et saisissant de l’aube septentrionale.

Dans la chaleur des poches, les verres trempés vibrent et s’illuminent en moyenne tous les huit minutes désormais.

D’un côté, le temps présent et saisonnier, de l’autre, celui du binaire notifié.

Entre les deux, les âmes se croisent. Quelques unes se saluent, d’autres s’ignorent, mais toutes interagissent et s’appellent, secrètement ou inconsciemment.

Dans cet espace-temps, en contrebas des monuments érigés, sous les regards figés et aveugles des grands Hommes, quelques courbes vivantes s’élancent vibrantes à travers l’invisible.

À cœur ouvert, elles opèrent dans le silence, et éclairent à la couleur de la grâce et de la fragilité, le chemin d’un retour à l’authentique existentialité, la voie de l’éternité.

By Franck Piepers

8:45 am, through smog, the ether wakes up with scrambled eyes, while the effervescence is already stirring in the nicotined black coffee.

The pigeons have swallowed their breakfast on the pavement; their heavy bellies, they digest their sedentary lifestyle.

The buzzing of the hive "reasoned"; each in his or her role, each in his or her costume, is about to replay the previous day's performance.

On the main square, one hour is still sixty minutes long, the tocsin of the belfry reminds him to the attentive ear every three thousand six hundred seconds, through the lively and striking air of the northern dawn.

In the warmth of the pockets, the tempered glasses vibrate and light up on average every eight minutes from now on.

On the one hand, the present and seasonal weather, on the other hand, that of the notified binary.

Between the two, the souls cross each other. Some greet each other, others ignore each other, but all interact and call each other, secretly or unconsciously.

In this space-time, below the monuments erected, under the frozen and blind gaze of great Men, some living curves vibrate through the invisible.

With an open heart, they operate in silence, and illuminate to the color of grace and fragility, the path of a return to authentic existentiality, the path of eternity.